Cinéma à Rome

L’industrie du cinéma italien est née entre 1903 et 1908 avec la création de trois compagnies : la Cines romaine, l’Ambrosio Film et l’Itala Film de Turin. D’autres compagnies ont rapidement suivi à Milan et à Naples. En très peu de temps, ces premières compagnies ont atteint une production de qualité et leurs films furent bientôt vendus hors d’Italie.

Un des premiers sous-genres apprécié fut les filoni (les films historiques) : le premier de ce type fut, en 1905, le film de Filoteo Alberini, La presa di Roma, 20 settembre 1870 (La prise de Rome, 20 septembre 1870). D’autres films décrivaient les actions de beaucoup de personnages historiques tels que Néron, Messaline, Spartacus, Jules César, Cléopâtre. Le film Ultimi giorni di Pompei (Les Derniers Jours de Pompéi) d’Ambrosio (1908) devint rapidement célèbre et immédiatement suivi par un remake de Casérini (1913). La même année, Guazzoni réalisa un Marc-Antoine et Cléopâtre très apprécié. Et l’année suivante, Giovanni Pastrone l’immense Cabiria.

Les actrices Lyda Borelli et Francesca Bertini furent les premières « divines » (stars) spécialisées dans les passions tragiques. Ces dernières furent en réalité les premières « stars » de cinéma et aussi les premières actrices à être filmées partiellement nues.

Francesca Bertini

D’autres genres abordaient des thèmes sociaux souvent basés sur des livres. En 1916, le film Cenere (Cendres) adapté du livre de Grazia Deledda était interprété par l’actrice de théâtre Eleonora Duse (célèbre aussi pour être l’amante de Gabriele D’Annunzio).  

Après la Première Guerre mondiale, en raison de la crise économique, le cinéma italien produit des films moins intéressants en dépit de l’introduction du son et c’est seulement à la fin des années 1920 que quelques films innovateurs furent réalisés par Alessandro Blasetti, Mario Camerini et son cousin Augusto Genina.

Pendant ce temps-là, le fascisme créa un organisme pour la culture populaire; son administration suggéra, et Mussolini l’approuva totalement, la création de quelques structures importantes pour le cinéma italien. Un emplacement fut trouvé dans le sud-est de Rome pour construire ex nihilo une cité du cinéma, Cinecittà. La ville fut conçue afin de fournir tout ce qui pouvait être nécessaire pour faire un film : les théâtres, les services techniques et même une école de cinéma pour les apprentis. Encore actuellement, beaucoup de films sont entièrement fabriqués à Cinecittà.

Le fils du dictateur italien, Vittorio Mussolini, créa une compagnie nationale de production et organisa le travail d’auteurs, de réalisateurs et d’acteurs parmi les plus doués (dont quelques opposants politiques), créant ainsi une notable et très intéressante communication entre eux. Ceci créa de célèbres amitiés et tout cela dans une interaction culturelle stimulante. ( Roberto Rossellini, Federico Fellini …).

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s